Gyslaine Micheneau Pachet

Ses paysages à l’huile et au couteau, ses marines, ainsi que ses scènes de vie, sont régulièrement récompensés par des expositions dans de nombreux salons en France

Née en 1960, à Saint-Jean-d’Angély, un petit village de Charente-Maritime, Gyslaine Pachet Micheneau est vite attirée par les paysages et les couleurs qui l’entourent, mais aussi par la spiritualité. Elle cherche, dans un premier temps, à retranscrire les ambiances de la Charente avec le dessin à l’encre et le fusain. Ce sont ses premiers pas vers l’art.

De formation technique, elle évolue d’abord au sein d’un service client, près de Tours, où elle vit actuellement.

Autodidacte, elle intègre, en 1997, l’atelier d’Anne Frigière dans son moulin de Pernay, en Indre-et-Loire, pour apprendre la peinture et, plus particulièrement, l’aquarelle. Mais, également, la peinture à l’huile, les trois crayons, le fusain et l’acrylique. Ses premières œuvres ont été exposées dans différents lieux (Vouvray, Luynes, Azay-le-Rideau…) avec la nature comme source principale d’inspiration. Elle affectionne les contacts et peint parfois en plein air, sur les marchés d’art et dans les villages de peintres, ce qui lui permet de rencontrer son public

Engagée dans la vie associative autant que dans son œuvre, ses vingt années de carrière lui ont permis d’être membre du Who’s Who International, des Peintres du Spectacle, de l’Aigle de Nice International… Elle est toujours impliquée dans ces associations auxquelles on peut ajouter La Maison des Artistes et Arts-Sciences-Lettres. Elle aime échanger avec les peintres et le public, et peindre sur le vif pendant des journées dédiées (Solidor à St-Malo, Magné dans le Marais poitevin, Loches…).

Elle admire les impressionnistes, notamment Cézanne, Monet et Manet, et elle s’efforce, depuis quinze ans, de s’approcher de leurs peintures et de leurs couleurs. Elle cherche aussi à s’imprégner de la douceur des couleurs de l’eau dans ses tableaux mais également des touches et des sujets de divers paysages et lieux de voyages qui la poussent à progresser dans son travail. C’est un besoin d’évasion mais aussi un réel plaisir.

Gyslaine trouve son inspiration dans les paysages de la Touraine, de la Provence, de sa Charente-Maritime natale mais aussi de Venise ou de Burano.

Elle aime également peindre coquelicots, lavandes, paysages bucoliques ou scènes de vie, pour lesquels elle apprécie les différents rendus que lui offrent sa palette de techniques, de supports et de couleurs. Elle travaille aussi sur la symbolique des Templiers et sur la réalisation de dessins et de peintures de vitraux avec Philippe Audoux, maître verrier à Lussault-sur-Loire.

Ses paysages à l’huile et au couteau, ses marines, ainsi que ses scènes de vie, sont régulièrement récompensés par des expositions dans de nombreux salons en France comme Artoulouse, Les Hivernales de Montreuil et dans des galeries parisiennes, mais aussi à l’étranger (Belgique, Italie, USA…) et jusqu’au Japon où elle a obtenu de nombreux prix. Elle bénéficie également, depuis 2004, d’une cotation Drouot.

 254 vues au total,  1 vue(s) aujourd'hui