Patrick Egger

La clarté, c’est une juste répartition d’ombre et de lumière. “Goethe”

Artiste peintre autodidacte, Patrick Egger est né en 1957 dans le Jura suisse. D’abord ingénieur forestier puis enseignant, il se dirigera plus tard vers la peinture…

C’est dans le lieu enchanteur du Jura suisse, au cœur des montagnes et de la nature, qu’il passe toute son enfance. Le jeune Patrick est déjà très sensible à la beauté de son environnement, sublimé par le rythme des saisons. Curieux des paysages qui l’entourent, il se promène en solitaire sur les crêtes et les vallons de son Jura natal. Là, il contemple la splendeur des montagnes, que le temps soit doux et ensoleillé ou propice à la tempête de neige. Ces sommets enneigés occupent toujours aujourd’hui une place particulière en son cœur et sont la source d’inspiration profonde de son art.

Ingénieur forestier de formation, il se dirige finalement vers une carrière d’enseignant en sciences physiques et mathématiques. Séduit par les forces qui régissent le monde qui l’entoure, Patrick Egger transmet son savoir avec passion à ses élèves. Ce n’est qu’à l’aube de la préretraite, à partir de la soixantaine, que la peinture vient prendre place, tout naturellement, dans sa vie. Il vient alors de quitter le Jura de son enfance pour s’installer dans le massif du Mont-Blanc au-dessus des Marécottes. Ce nouveau lieu de résidence lui offre encore de magnifiques paysages où la montagne est reine.

Au cœur de cette nature propice à la création, Patrick Egger commence son expérience artistique par le fusain et le pastel. Il crée alors ses premières œuvres représentant des habitations dans la montagne, des forêts de sapin enneigées ou encore la mer et le ciel, sous des horizons aux teintes sublimes et variées. Après deux ans de fusain et de pastel, l’artiste autodidacte s’essaye à l’acrylique, toujours en réalisant des paysages. Il peindra alors de nombreuses œuvres parmi lesquelles : Sérénité hivernale dans le Haut-Jura, La forêt et l’eau, ou encore De la terre au ciel. L’acrylique lui permet de créer un rendu d’atmosphère tout à fait étonnant, dans une grande souplesse d’exécution.

Dans ses tableaux, Patrick Egger laisse s’exprimer la sérénité et la joie que lui procure son art. Au travers de ses œuvres, l’on perçoit une quête incessante de sensations liée à la beauté des lieux qu’il peint. Pour traduire au mieux ce que ses yeux voient et ce que son cœur ressent, il s’attache avec minutie à reproduire chaque détail, jusqu’aux jeux de lumière de l’instant. Touché par les atmosphères contrastées, il aime à faire cohabiter par exemple la paisibilité de la montagne et la rudesse du cadre alpin. Les toiles de Patrick Egger sont autant de décors que la nature a à offrir : monde vertical fait de roches ou de glace, horizon baignant dans une brume cotonneuse, ondulations sous un soleil d’automne ou sous la fraîcheur bleutée d’un matin d’hiver…

Son travail artistique, depuis ses débuts à l’acrylique, a très vite été reconnu par ses pairs lors de concours en ligne. En 2021, Patrick Egger remporte ainsi plusieurs prix, comme le 1er Prix du concours en ligne Art Certificate dans la catégorie « paysage et nature morte » avec son œuvre Lueur glacée.

 

TEMOIGNAGES

Avec Patrick Egger, le regard est entraîné vers les hauteurs. Grâce au point de vue proposé, nous semblons accéder au privilège des oiseaux qui voient d’en haut les sommets, les vignes et les ciels. Ce mouvement ascendant crée un sentiment d’apesanteur ou de vertige. Que nous contemplions des falaises enneigées ou des plaines hivernales, nous nous sentons enveloppés par une chaude lumière et par le silence qui emmène les tableaux vers le calme et la solitude…

Jacques Biolley

La grandeur des montagnes, sa force, sa solitude, tout y est. Avec ce grand plus, la lumière qui surgit dans chacune des toiles et cette poésie aussi.
Merci à Patrick Egger de nous faire partager ces beaux moments.

Miriam

Les Montagnes de Patrick Egger nous émerveillent , quelle beauté !!
Merci de nous offrir un tel spectacle

A. Bieler

 615 vues au total,  1 vue(s) aujourd'hui