Sandra Lorin

Dans ma dualité, chacune s’exprime

Sandra Lorin est née à Cannes en 1969. Elle est issue d’une famille d’artistes. Son grand père, son oncle et sa tante étaient peintres. Elle a grandi en voyant son père, dessinateur industriel, gratter avec son Rotring la feuille posée sur sa planche à dessin. À 18 ans, elle est partie vivre en Touraine où elle a eu deux enfants. Son activité professionnelle dans cette région lui permet d’organiser un stage de peinture dirigé par Micheline Dartus.

C’est à ce moment-là que la peinture est réellement entrée dans sa vie. Suite à sa rencontre avec une aquarelliste, Nicole Sandor, celle-ci lui conseille de se mettre elle-même à peindre, ce qui l’amènera à ses premières amours : l’aquarelle. Durant une dizaine d’années, discrètement, elle s’exerce avec l’alchimie de l’eau et des couleurs en reproduisant des fleurs, des bâtis et des paysages.

En 2008, elle revient dans le Sud et, une dizaine d’années plus tard, elle rejoint le collectif d’artistes « ArtO’Sphère » où elle crée, pour sa première exposition, un double personnage « géométricoloré » qu’elle nomme Léo-Nette.

Pour la plupart de ses séries, son médium sera l’aquarelle qu’elle s’amuse à traiter de façon très marquée et très vive en couleurs. Sandra habite face à la mer, comme le dit une célèbre chanson. Elle s’installe sur la table à dessin de son père, qu’elle a récupérée, et laisse glisser son pinceau au gré de son inspiration et de son imagination. Autodidacte, elle explique qu’elle porte en elle une dualité qui s’exprime au travers de ses œuvres.

Concernant la peinture acrylique, elle la réserve davantage pour son côté plus réaliste et plus cartésien. Elle travaille cette peinture tantôt fluide, tantôt texturée. Dans ses toiles, on retrouve généralement le bleu, que cette mer qu’elle admire quotidiennement, lui inspire : Explosion marine, Mystère, Dualité, Entre Terre et Ciel, Série « Femme », etc.

Récompensée, en 2018, par le Prix du Public au Festival des Talents de Cannes, elle poursuit son travail en s’intéressant à la peinture acrylique et à la matière. Elle peint alors des tableaux en s’appuyant sur la technique au couteau et insère dans ses toiles différentes matières telles que le sable, les perles de verre, l’enduit mais aussi du tissu et des dentelles.

On retrouve dans la série Léo-Nette, ses deux personnages, très colorés et joyeux, qui évoluent dans un monde imaginaire de bulles et de courbes bien arrondies, ce qui représente son côté positif et lumineux : Le début (2018), Léo-Nette aux Anses d’Arlet (2019), Zoreils (2021), etc.

En 2019, Sandra fera naître deux autres personnages qui vont évoluer dans ce même monde coloré : les Oli-Vette (Champagne).

 315 vues au total,  1 vue(s) aujourd'hui