Affichage de 1–24 sur 417 résultats

L’art abstrait utilise un langage formel, pictural et linéaire pour créer une composition indépendante du rapport aux références visuelles existantes dans le monde sensible. L’abstraction indique un point de départ, une nouvelle représentation de la réalité et de l’imagerie dans l’art. L’écart entre art et réalité, thème classique de la représentativité artistique, a traversé le miroir de l’exactitude visuelle. L’abstraction s’inscrit dans cette continuité, cette constante recherche d’une représentation juste du réel. Elle se veut une réponse à ces nouvelles formes récemment apparues, considérées malgré leur exactitude technique comme partiales, incomplètes. L’idée de sublimation de la réalité disparaît au profit d’une abstraction extérieure à sa représentation tangible, l’art ne vise plus la vraisemblance la plus grande, le réalisme le plus exact, car il peut être supplanté, résumé, au moins théoriquement par les nouvelles formes de représentation automatisée, puisqu’une représentation parfaite est susceptible d’être extrêmement difficile à atteindre.

Le travail artistique prend des libertés, en modifiant par exemple la couleur et la forme d’une manière qui soit visible et contenue dans une essence concise qui peut être appelée « abstraite ». La résultante ne comporte plus les traces de l’abstraction, les références et le reconnaissable disparaissent au profit des effets visibles, des formes géométriques, des lignes épurées ou foisonnantes, des couleurs uniques ou mêlées. Ainsi, l’abstraction géométrique ne conserve aucune des références naturelles et réalistes des entités présentées. Art figuratif et Abstraction totale sont presque incompatibles, à ceci près que la représentation figurative (ou art réaliste) contient souvent une abstraction partielle. L’abstraction géométrique et l’abstraction lyrique sont le plus souvent totalement abstraites.